Traduction de prénoms en kana

Les méthodes de traduction des prénoms et des noms en japonais.
Comment les traduire les prénoms avec les kana et les kanji.


1.0 La traduction des prénoms et des noms en japonais.

Au départ, il y a deux façons d'écrire un nom occidental en caractères japonais. Il peut s'écrire avec des kana ou des kanji. Les kana susceptibles de reproduire phonétiquement un nom se regroupent en deux catégories : les hiragana et le katakana.

Globalement les hiragana aux formes plus arrondies et les katakana plus angulaires recoupent les mêmes sons. Mais il ne s'agit pas de lettres du type voyelles et consonnes telles que nous les connaissons dans les alphabets occidentaux. Les kana s'apparentent davantage à nos syllabes et représentent un son.


1.1 Les kana.

La première façon utilisée pour la traduction des noms étrangers consiste à utiliser les kana.

Il s'agit d'une traduction phonétique. À première ces sons ne correspondent souvent que très approximativement à ceux représentés par les combinaisons de voyelles et de consonnes de la langue occidentale de laquelle provient ce nom. D'un stricte point de vue occidental, la phonétique du nom transcrit en kana japonais sera donc plus ou moins proche de celle du nom d'origine.

Voici un exemple pour le prénom Michel traduit en katakana et en hiragana :

Il faut prendre des précautions avec les traductions mécaniques fournies gratuitement. Il faudra prendre soin de vérifier avec des natifs si cette combinaison de kana, que ce soit celle des katakana ou des hiragana, ne produit pas un nom à consonance vulgaire ou ridicule.

Au cours des siècles, le japon comme tous les pays s'est graduellement ouvert au monde. Il a donc fallu trouver une façon d'écrire dans la langue du pays ces mots venus d'ailleurs. On a d'abord utilisé les kanji pour reproduire les sons des mots étrangers tout en s'éloignant de leur sens originel issu de la langue chinoise. Voici quelques exemples :

Puis une autre tendance s'est imposée avec le temps. Il s'agissait de reproduire les mots étrangers à l'aide des katakana. Finalement, en 1902 le gouvernement japonais a émis une liste normalisant l'usage des katakana pour la transcription des noms de personnes et de lieux (1).

Mais dans les faits beaucoup d'occidentaux préfèrent voir leur nom transcrit en hiragana parce que les formes arrondies de ces caractères leur paraissent plus agréables sur le plan esthétique, n'en déplaise aux tenants de la version officielle.